fbpx

Notre-Dame de Paris : une accumulation de négligences

Après l’émoi autour de l’incendie, de multiples questions restent en suspens : la sécurité incendie était-elle à la hauteur de l’édifice ? Les pouvoirs publics ont-ils réagi suffisamment vite sur la question du plomb ? Ce chantier peut-il tenir la promesse d’une reconstruction en cinq ans ?

Notre-Dame de Paris : une accumulation de négligences

Avril 2018. Le premier chantier de Notre-Dame démarre. Il doit durer quinze ans tout au plus. Mais l’incendie du toit de la cathédrale un an plus tard rebat les cartes et met au jour plusieurs problématiques : d’abord, une série de défaillances au niveau de la sécurité du bâtiment, ensuite, une très forte présence de plomb dans l’environnement parisien.

1 – L’incendie : une protection défaillante

  • Trois employeurs différents pour trois agents de sécurité

L’organisation de la sécurité incendie à Notre-Dame de Paris était répartie entre trois acteurs. D’un côté, une société privée, Elytis ; un de ses agents est chargé de surveiller l’unité de gestion des alarmes située au PC sécurité. En cas d’alarme, il alerte un second agent qui, lui, est salarié du diocèse. Mais si l’alarme se déclenche dans les tours du parvis, c’est un troisième agent, salarié du ministère de la Culture, qui est alors chargé de procéder à une “levée de doute”. Non seulement ces trois personnes chargées de travailler ensemble ont donc trois employeurs différents, mais le contrat signé à partir de 2016 prévoit qu’il n’y ait plus qu’un agent de la société privée sur place, contre deux auparavant, comme le confirme ce communiqué de la société Elytis :

Communiqué de la société Elytis sur la sécurité incendie à Notre-Dame.
Communiqué de la société Elytis sur la sécurité incendie à Notre-Dame.
  • Une sécurité défaillante

Selon des agents d’Elytis, bien avant l’incendie, l’unité de gestion des alarmes se déclenchait souvent sans raison. “On ne parvenait pas à la réenclencher ensuite, donc l’alarme ne jouait plus son rôle, expliquent-ils. Quand on remontait les dysfonctionnements, on devait envoyer un fax à notre patron, c’est lui qui se chargeait de le transmettre au ministère de la Culture. Mais ces rapports étaient une source de tension avec notre hiérarchie, et rien ne changeait. Donc, on signalait de moins en moins les alertes.” À cela s’ajoute une mauvaise communication entre les différentes parties impliquées dans la surveillance de la cathédrale. Si des membres du ministère de la Culture et les sapeurs-pompiers se retrouvent régulièrement pour faire le point, jamais ils ne sollicitent les agents chargés de la sécurité.

 

C’est dans ce contexte qu’un nouvel agent de la société Elytis prend ses fonctions quelques jours à peine avant que l’incendie ne se déclare. Lorsque l’alarme se déclenche le lundi 15 avril 2019 à 18h16, il est coincé dans le PC sécurité. Peu familier des lieux, il aurait indiqué que le départ de feu se trouvait dans les combles de la sacristie. En réalité, il est parti des combles sous la flèche : les pompiers ont donc été appelés plus d’une demi-heure après le déclenchement de la première alarme, alors que le feu s’était déjà largement propagé.

2 – Un chantier plombé

  • Un principe de précaution pas respecté

Le lendemain de l’incendie, les agents de la préfecture de Paris viennent travailler dans les bureaux en face de Notre-Dame, alors que des relevés pour mesurer les taux de plomb disséminé à cause de l’incendie ne seront opérés, pour les premiers, que le 17 avril. Selon un agent, “quinze jours après l’incendie, nous avons vu débarquer dans la cour des ouvriers en combinaison intégrale. Ils ont entièrement nettoyé l’extérieur du bâtiment mais en soulevant des poussières, ils ont provoqué des toux chez tous les agents, toute la journée. _On nous a finalement distribué des lingettes pour nettoyer nos bureaux trois semaines après l’incendie_.” 

Les écoles des environs, elles, attendront l’été pour avoir droit à un grand nettoyage, voire pour certaines une réfection complète du revêtement de la cour, pour réduire la présence de poussières de plomb. Ce n’est que le 18 juillet que l’agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France rend finalement publique la cartographie de la présence de poussières de plomb dans le quartier de Notre-Dame. On y découvre des taux exceptionnellement élevés, particulièrement sur le parvis : alors que la quantité n’excède généralement pas 5 000 microgrammes (µg) de poussières de plomb par mètre carré, le parvis en compte entre 540 000 et 1 300 000 µg/m², selon les relevés.

Carte des poussières extérieures de plomb autour de Notre-Dame, le 20 juin 2018 (en jaune) et après l’incendie du toit de la cathédrale (en rouge).
Carte des poussières extérieures de plomb autour de Notre-Dame, le 20 juin 2018 (en jaune) et après l’incendie du toit de la cathédrale (en rouge). Crédits : Association Robin des Bois

Les multiples nettoyages n’ont toujours pas permis de faire redescendre ces taux à des seuils acceptables. C’est pour cela que le parvis est toujours fermé au public.

  • Un impact sanitaire relatif

Ces quantités exceptionnelles de poussières pouvaient laisser craindre un impact sanitaire conséquent sur les riverains. Six mois après, les taux de plombémie recensés par l’ARS correspondent cependant exactement aux moyennes nationales :

  • 89,7 % des enfants testés (sur 877) affichent un taux de plombémie inférieur à 25 microgrammes par litre de sang
  • 8,9 % se situent dans le seuil de vigilance, entre 25 et 49 microgrammes par litre de sang
  • 1,4 % des enfants dépassent les 50 microgrammes par litre de sang, seuil d’alerte à partir duquel on risque le saturnisme, et où des démarches sont entreprises pour assainir l’environnement

Le plomb, une problématique à part entière

L’incendie de Notre-Dame a confronté les autorités à un casse-tête réglementaire. Il n’existe, pour l’heure, aucune norme qui fixe un seuil de tolérance au plomb en extérieur. Pour la chercheuse Sophie Ayrault, spécialiste du plomb au laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, c’est une question qui n’a pas été correctement traitée en France jusqu’ici. “La source principale de contamination et notamment pour les enfants, c’était la poussière intérieure dans des logements vétustes. La crainte d’une exposition forte dès le plus jeune âge a un peu mis l’éteignoir sur la question de la contamination à l’extérieur. Cet événement a au moins le mérite de soulever cette question.” L’agence régionale de santé vient de saisir l’ANSES, l’agence nationale de sécurité sanitaire, afin qu’elle fixe une norme réglementaire du plomb sur la voirie.

 

3 – Cinq ans pour tout reconstruire ?

  • État des lieux : pas avant 2020

Après une pause de trois semaines à cause du plomb, le chantier de Notre-Dame a repris à la fin de l’été 2019, pour sécuriser la structure. Pour l’heure, il n’est pas encore question d’entrer dans la phase de reconstruction. Un état des lieux n’est même pas possible tant que la cathédrale n’a pas fini de sécher : les quantités d’eau déversées pour éteindre le feu ont en effet contribué à fragiliser la structure et lors du séchage, certaines pierres se sont rétractées et détachées.

D’après l’un des architectes du chantier, aucune déformation n’a été remarquée au niveau des voûtes, mais un affaissement de six centimètres a été relevé. L’un des balcons est en train de se déliter, des pierres s’étant fendues. Pour éviter l’effondrement, l’ensemble a été sanglé pour tenir jusqu’aux travaux de consolidation. Enfin, des traces d’humidité perdurent au niveau du trou laissé par la flèche. A chaque nouvelle pluie, le sol se trempe à nouveau, provoquant un affaissement des joints et de la structure, de l’ordre de quelques millimètres. Il faudra attendre le démontage complet de l’actuel échafaudage, soudé sous l’effet de la chaleur, pour pouvoir reboucher ce trou au moyen d’une immense bâche appelée “parapluie”. Cette opération nécessite d’abord le montage d’un autre échafaudage autour du premier.

Selon Frédéric Létoffé, co-président du groupement des entreprises de restauration de monuments historiques, “cette phase de sécurisation devrait durer jusqu’au premier semestre 2020. C’est ensuite que l’on pourra réellement procéder à un diagnostic complet de la structure.” Une étude approfondie de l’état structurel des maçonneries permettra alors de déterminer le détail des travaux, qui commencera par la consolidation et la restauration totale de la maçonnerie en pierre, avant de poser une nouvelle charpente et la future couverture.

  • Cinq ans, est-ce tenable ?

Alors que le premier chantier, bien moins conséquent, était prévu pour durer jusque quinze ans, Emmanuel Macron a fixé un cap de cinq années pour remettre Notre-Dame sur pied. Un délai qui semble irréaliste à de nombreux experts. Rien que le séchage, la sécurisation et le diagnostic devraient prendre presque deux années. Les acteurs du bâtiment restent donc sceptiques sur la faisabilité de l’opération. “À notre niveau, rouvrir au culte dans cinq ans, cela peut être réalisable pour la partie de la nef, car il peut être rapide de réassembler de la charpente et de restaurer cette partie, précise Frédéric Létoffé. En revanche, restaurer la totalité de Notre-Dame, non.” 

Rien n’interdit en effet au ministère de la Culture et au diocèse de rouvrir partiellement la cathédrale au public, afin de tenir officiellement ce délai de cinq ans, sans pour autant que tout soit terminé. C’est en tous cas la solution qui semble se dessiner.

Call Now ButtonAppelez-nous !