fbpx

Conseil de Paris : un «cri d’alarme» contre l’explosion des vols à la tire

Philippe Goujon, maire du XVe arrondissement, réclame des mesures contre les pickpockets du métro. Il évoquera le sujet au Conseil de Paris, ce lundi.

Conseil de Paris : un «cri d’alarme» contre l’explosion des vols à la tire

« Les vols à la tire sont devenus le fléau de la délinquance à Paris ». Après Valérie Pécresse, la présidente (Libres!) d’Ile-de-France Mobilités (IDFM), qui a révélé en novembre que le nombre de vols avait augmenté de « 60 % dans le métro » et le RER parisien sur les dix premiers mois de l’année, Philippe Goujon, le maire du XVe arrondissement parisien, veut à son tour lancer un « cri d’alarme » sur l’explosion des pickpockets. Il le fera ce lundi au Conseil de Paris dans le cadre des discussions budgétaires liées à la sécurité, en tant qu’orateur du groupe de Pierre-Yves Bournazel 100% Paris.

De mineurs isolés «au fort sentiment d’impunité»

Le phénomène des vols à la tire dans le métro n’est pas nouveau. Mais comme « le Parisien » l’avait mis en lumière dès le mois de mars, il a connu cette année une augmentation très forte, sous l’influence notamment « de mineurs isolés venus d’Afrique du nord ou d’Afrique subsaharienne », souligne Philippe Goujon, dont l’arrondissement est traversé par la ligne 6, particulièrement prisée des voleurs. « Or, ces mineurs très agressifs ont un fort sentiment d’impunité car ils savent qu’ils n’encourent pas grand-chose s’ils sont arrêtés ».

Sur les 10 premiers mois de l’année, 3588 mineurs ont été déférés au Parquet, contre 3161 sur la même période en 2018, soit une hausse de 12%. Ce chiffre s’entend toutefois toutes infractions confondues et pas uniquement pour les vols à la tire, selon le Parquet.

250 agents de sécurité en plus dans le métro en 2020

Pour faire face à l’explosion du nombre de pickpockets, plusieurs mesures ont déjà été annoncées. D’ici le mois de janvier, le parquet va mettre en place un GLTD (Groupement local de traitement de la délinquance), une structure de concertation entre différents acteurs (police, Parquet, Ville, RATP…) déjà instaurée à Paris pour les bandes. Valérie Pécresse a pour sa part annoncé le recrutement de 250 agents de sécurité dans le métro en 2020.

Conseil de Paris : un «cri d’alarme» contre l’explosion des vols à la tire

 

Philippe Goujon, lui, plaide pour une hausse du nombre de caméras de vidéo protection dans les rues, « à 5000, contre 1300 aujourd’hui » et pour l’installation de « la reconnaissance faciale dans le métro ».

Dans un contexte de « baisse d’intervention de la police nationale, mobilisée par les Gilets jaunes », le maire du XVe demande aussi « la mise en place d’une vraie police municipale armée, qui soit à même de traiter tout ce qui a trait à la tranquillité publique, et pas seulement au jet de mégots ou aux dépôts d’ordures sauvages. Une police municipale qui pourra îloter H24, et beaucoup plus qualifiée pénalement que celle prévue par la mairie de Paris ».

Encore faut-il que cette police municipale voie le jour : fin novembre, l’amendement qui devait le permettre a été rejeté par les parlementaires, ce qui aura pour effet de reporter la création effective de cette police… après les élections de mars.

Sources: Le parisien

Call Now ButtonAppelez-nous !